Nos catégories

1 Belge sur 3 achète de plus en plus en seconde main … et nous le faisons parce que c’est bon pour notre portefeuille

Le secteur du seconde main s’est développé pour devenir une véritable valeur sociétale. Au cours des douze derniers mois, 34% des Belges ont acheté des articles d’occasion. La principale raison qui pousse les consommateurs à acheter en seconde main serait principalement d’ordre financier: 83% des personnes intérrogées désirent épargner de l’argent. 4 Belges sur 5 disent également que ça leur procure un  sentiment positif.  Ces résultats ressortent d’une étude menée par iVox en septembre 2017 auprès de 2.000 Belges à la demande de deux grands acteurs dans le secteur de la seconde main –Troc.com et 2ememain.be –.

Le Belge achète surtout des vêtements (12%), des livres et des bandes dessinées (10%), mais aussi des jouets (6%), des meubles (6%) et des articles de décoration (6%).

Le marché de la seconde main est incontournable dans notre société (de consommation)! L’année passée, 34% des Belges ont acheté des produits de seconde main. Au cours des douze derniers mois, plus de 9 Belges sur 10 qui ont acheté des articles d’occasion, disent qu’ils en ont acheté autant sinon  plus que l’année passée. La raison la plus importante qui ressort pour expliquer le fait qu’on achète plus de seconde main qu’avant, est la nécessité d’épargner (55%).

Pour 4 acheteurs sur 5, le prix moins élevé est également un argument en faveur de l’achat d’articles usagés. 38% des personnes interrogées jugent simplement amusant de chiner parmi les produits de seconde main. L’environnement est un troisième facteur d’influence: 31% des personnes achètent des produits réutilisables pour s’inscrire dans un mouvement durable, de recyclage.

30% des Belges ont acheté pour plus de 100€ d’articles de seconde main, 6% ont dépensé un peu plus au cours des douze derniers mois déboursant plus de 400€ en biens d’occasion.

Le top 10 des articles de seconde main les plus achetés en Belgique

  1. Vêtements (11,9%)
  2. Livres et bandes-dessinées (10,4%)
  3. Jouets (6,4%)
  4. Meubles (6,2%)
  5. Articles de décoration (6%)
  6. Multimedia et électronique (3,7%)
  7. Articles de jardinage et de bricolage (3,2%)
  8. Articles de sport et de loisirs (2,7%)
  9. Jeux vidéo(2,6%)
  10. DVD (2,4%)

49% des Belges (ont acheté leurs articles de seconde main en ligne au cours de ces douze derniers mois, suivi par les brocantes (41%) et les magasins de seconde main (39%)

Plus de la moitié des belges (56%) sont adeptes de la philosophie: “Pourquoi acheter quelque chose de neuf, s’il est également disponible en seconde main?” Cette approche et ce comportement correspondent exactement à ce que les trois commanditaires de cette étude souhaitent atteindre.

Se séparer d’articles usagés apaise, …et rapporte de l’argent

Un quart des Belges ont vendu au cours des douze derniers mois des articles dont ils n’avaient plus besoin. Dans 8 cas sur 10, ils l’ont fait via des sites de petites annonces. Les brocantes et autres marchés aux puces (30%) ainsi que les magasins de seconde main (14%) restent également des canaux populaires. 26% ont un peu gagné en revendant des articles inutiles directement à des membres de la famille ou à des amis.

Gagner de l’argent (73%) semble être une des principales raison qui pousse à vendre les articles inutiles. Le fait de vouloir rendre quelqu’un heureux joue aussi un rôle. A côté de cela, le nettoyage par le vide est aussi positif pour notre santé mentale ajoute Petra Baeck, porte-parole de 2ememain.be: « Les gens réalisent de plus en plus que les articles usagés qui pour eux n’ont plus réellement de valeur, peuvent cependant encore avoir une seconde vie auprès d’autres personnes. Ce qui n’est plus utile pour certains, peut représenter un véritable trésor pour d’autres. Les consommateurs, quelque soit leur pouvoir d’achat, sont de plus en plus conscients que ce n’est pas parce qu’un article est neuf qu’il est mieux. Pourquoi acheter quelque chose de neuf si on peut trouver à qualité égale, un produit similaire moins cher en seconde main? ».

Ceux qui n’ont rien vendu ces douze derniers mois, c’est parce que soit ils ou elles n’avaient rien à vendre (34%) soit par manque de temps à y consacrer (34%). D’autres raisons ont été évoquées comme: “peut-être que les articles seront encore disponibles plus tard” (25%) ou je préfère en faire cadeau (22%). 12% des personnes sondées trouvent ça trop compliqué.

Pierre Boseret, Directeur général de Troc.com Belux: «  Si de plus en plus de consommateurs choisissent de vendre et d’acheter via Internet, ils sont cependant encore nombreux à préférer se rendre dans des magasins physiques pour y découvrir des trésors qu’ils  ne trouvent  plus ailleurs. Nous observons qu’un certain public accorde plus de valeur à l’achat d’articles de seconde main sur notre site ou dans nos magasins  qu’à de nouveaux produits parce qu’il s’agit souvent de pièces uniques, ils ressentent également le plaisir lié au processus d’achat combiné au sentiment d’avoir fait une bonne affaire ».

Méthodologie
L’enquête  en ligne a été conduite en septembre par le bureau d’études iVox pour le compte de Troc.com, 2ememain.be et De Kringwinkels. 2.000 Belges ont été intérrogés quant à leurs articles usagés et à leur comportement de revente de ceux dont ils n’ont plus besoin.

L’enquête est représentative en termes de langue, de sexe, d’âge et de niveau d’éducation.

 

À propos de 2ememain.be
C’est ici que ça se passe! 2ememain.be a été fondé en 1999 et était alors un des premiers sites de petites annonces en Belgique. Depuis, 2ememain.be, fort de ses 42 rubriques, est devenu très populaire. Aujourd’hui encore, le nombre de visiteurs quotidiens est en constante augmentation. Tant les particuliers que les petites et grandes entreprises visitent 2ememain.be.
Ensemble, ils sont près de 700.000 visiteurs chaque jour. Ils vendent et achètent des services et des produits neufs ou d’occasion. En moyenne 60.000 nouvelles petites annonces sont insérées quotidiennement. Des vêtements aux objets de collection en passant par les voitures et le mobilier, tout s’y trouve.

À propos de Troc.com
Le tout premier magasin Troc a ouvert ses portes en France en 1982. Aujourd’hui, Troc.com est devenu un gigantesque réseau, riche de 130 points de vente répartis dans six pays (Belgique, Luxembourg, France, Suisse, Allemagne et Espagne). Le premier magasin TROC de Belgique a été ouvert en 1996. Aujourd’hui, le réseau belge compte 28 points de vente, dont 7 en Flandre, 5 à Bruxelles et 16 en Wallonie.
Un expert de Troc.com fixera la valeur des objets avec le client.  Soit il décide de vendre son bien directement contre argent comptant, soit il le laisse en dépôt où il sera présenté de manière optimale dans la salle d’exposition et placé en temps réel sur le site internet.
Comment fonctionne le dépôt-vente? Dès que l’objet a trouvé un acquéreur, le montant convenu est versé sur le compte du déposant. En tant qu’intermédiaire, Troc.com perçoit une commission qui varie du prix de vente. Troc.com : vendre/acheter, toujours une bonne affaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *